Newsletter//Mai//Rolling-Wood

May 22, 2019

22 Mai 2019

Le réveille sonne, il est 8h. Le café est chaud, un brin de toilette, de ménage et Franklin vrombit sur la route. Sur l'aire de "Life" de "Des'ree" nous prenons ce matin la direction de Kosta. Nous sommes le 22 mai 2019 et cela fait déjà un mois que nous sommes partis, une bonne occasion pour écrire notre première newsletter ! 

Samuel Hélias, Kaleidosco, Candice de Rijcke, Osez la terre, Nathalie Berteau, Katja Stelljes, des rencontres bien différentes et bien surprenantes ! 

Un café ? Venez manger ce soir!  Une bière ? Vous avez besoin de quelque chose ? 

Il y a toujours un point de départ dans une rencontre et celles que nous avons vécues pour l'instant ont été géniales ! Dans ces ambiances conviviales, nous avons ouvert les yeux et les oreilles pour découvrir leur travail. 6 matières, 6 métiers, 10 personnalités , 6 façons d'aborder l'artisanat mais une chose en commun la passion et le goût du risque !

 

Premier arrêt, Besançon où nous avons retrouvé Samuel, ancien camarade de classe de la SEPR. Toujours ébéniste, il nous a montré que tout est possible, malgré les difficultés que la vie nous réserve, rien n'est insurmontable ! Créateur et concepteur de mobiliers, il recherche toujours à utiliser du bois local, tout en apportant sa touche personnelle dans chaque projet.

Kaleidosco, première fois que nous allons à la rencontre d'une coopérative. Angèle, Charlotte, Lucie, Claire et Joanne, 5 filles verrières, chacune leur spécialité et des inspirations bien différentes. Elles n'hésitent pas à s'entraider et à faire des projets en commun. En sortant de l'atelier, nous sommes arrivés à deux conclusions, ces filles savent tout faire, et qu'une amitié associée à une bonne dose d'organisation engendrent de belles choses ! 

Après quelques jours passés en Belgique, nous avons rendu visite à Candice, où nous avons beaucoup échangé sur les différences entre chez eux et chez nous. Anciennement architecte et aujourd'hui Joaillière nous retrouvons dans ses créations cette ligne contemporaine, cet équilibre parfait entre la pierre et l'argent mais aussi beaucoup de délicatesse. Une création, c'est comme un miroir, si nous regardons attentivement, nous pouvons déceler toute la personnalité et la sensibilité du créateur. 

Nous voilà les mains dans l'argile, nous sommes à l'atelier d'aurélie "Osez la terre". Nous plongeons dans une atmosphère familiale. Des étagères remplies de pots, de bols, d'assiettes, ici on crée, on apprend, on fait marcher notre créativité. Aurélie transmet son savoir à une soixantaine d'élèves de tout âge, ce qui ne l'empêche pas aussi de faire ses propres créations dans cet endroit rempli de charme ! La joie de vivre d'Aurélie en est sûrement pour quelque chose !

Qui aurait cru que la laine de mouton soit aussi grasse ? Nous ne le savions pas avant de rencontrer Nathalie. Pendant une matinée, elle nous a fait découvrir sa passion qui deviendra peut-être bientôt son métier. Entre le triage, le lavage, le cardage et le filage nous n'avons pas chaumé ! C'était pour nous une grande et belle découverte ! « Reconsidérons la laine de mouton comme une matière noble et non pas comme un déchet ! » Voilà un très bon exemple de métier, qui avec le temps et l'industrialisation s'est perdu. Ce que fait aujourd'hui Nathalie, est rempli de courage et il est beau de voir des personnes, qui se batte pour faire renaître un métier oublié. 

Après les frites et les gaufres de Bruxelles, nous voilà aux Pays-Bas, où nous avons visité les moulins de Kinderdijk, la petite ville de Gouda où nous avons fait les stocks de fromage car le manque commençait à se faire sentir, un tour de vélo dans la réserve naturelle de Bargerven pour enfin arriver à Brême (Allemagne). 

Bonjour Katja, tailleuse de pierre tombale, avec simplicité elle nous a expliqué son activité.  Rapidement, nous nous sommes rendu compte que son travail n'était pas juste de concevoir, sculpté puis c'est terminé! Elle s'intéresse d’avantage au client, ensemble, ils réalisent le projet . L'entourage peut venir participer en sculptant une partie de la pierre pour passer un dernier instant en communion avec le défunt, ce qui permet de faire le deuil à travers la pierre. Cette approche nous a séduit car grâce à cela, elle rend son travail plus spirituel et attachant.

La pierre n'est plus une simple pierre. 

Nous enchainons avec 1 semaine au Danemark, voilà enfin le soleil ! Première baignade dans la mer de Cattégat, randonnée dans les falaises de craie de l'île de Mons puis direction Copenhague. C'est le moment de la grande traversée, Pont d’Öresundsbron, nous sommes en pleine mer et voyons Malmö au loin... mince Laure vient de couper le moteur, nous voilà arrivé à Kosta (Suède). On vous laisse !

  À tantôt

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Please reload